THÉÂTRE, MUSIQUE, CINÉMA

Après avoir étudié - puis enseigné -  l'interprétation, l'improvisation et écriture musicales, j'ai progressivement développé une approche transdisciplinaire où ma propre pratique artistique se combine à d'autres modalités expressive. Cela m'a conduit à écrire de la musique pour théâtre (j'ai travaillé dans de nombreux théâtres européens, notamment à la Comédie-Française, à la Colline, au Théâtre Vidy-Lausanne, au Théâtre des Nations de Moscou, etc.), en particulier pour le metteur en scène Galin Stoev, avec qui j'ai créé la compagnie Fingerprint en 2003. Cela m'a également conduit à m'intéresser à la musique dans le contexte cinématographique. J'ai récemment écrit  ma première bande son pour un long-métrage : The Inifite Garden, de Galin Stoev (production Agitrop, 2017) et Ce qui demeure (court-métrage d'Anne-Lise Morin, Grand prix du BSFF 2017). J'ai récemment participé à la création d'un nouveau collectif théâtral : « Les 3 chambres », en collaboration avec la metteure en scène Katie Ebner-Landy, les écrivains Micol Bez et Angelo Vannini.

Composer pour le théâtre ?

Mon travail est  guidé par deux soucis majeurs. Celui, d'une part, d'explorer les rapports entre la « logique » musicale et celle de l’action dramatique (scénique ou cinématographique). Et celui, d’autre part, d'interroger le langage musical lui-même, par exemple en articulant des langages musicaux différents (classique, contemporain, populaire), ou en sculptant directement la matière sonore acoustique elle-même, à partir de nouvelles technologies électroacoustiques.

Le making-off du film (en bulgare) : 

The Infinite Garden (Galin Stoev) : 

Variations sur une illusion comique

Variation I

Variation II

Variation III

Variation VI

Variation V

Variation VI

 
  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon