The Infinite Garden (Galin Stoev) : 

Mon travail est  guidé par deux soucis majeurs. Celui, d'une part, d'explorer les rapports entre la « logique » musicale et celle de l’action dramatique (scénique ou cinématographique). Et celui, d’autre part, d'interroger le langage musical lui-même, par exemple en articulant des langages musicaux différents (classique, contemporain, populaire), ou en sculptant directement la matière sonore acoustique elle-même, à partir de nouvelles technologies électroacoustiques.

Le making-of du film (en bulgare) :